LE BLOG DE BRAD
Sonde Brad dans un tunnel de salades de l'Association SemaillesDeux sondes Brad placées au coeur des parcelles surveillent l’évolution des salades de l’association Semailles à Avignon
Brad recrute : électronicien polyvalent (H/F)

Plantes de service, une alternative aux engrais et intrants

Les plantes de service sont également appelées « plantes de couvert associées à la culture » ou « plantes compagnes ». Concrètement, il s’agit de plantes que l’on cultive afin qu’elles aident au développement des plantes de culture. En règle générale, on ne récolte pas les plantes de services. Les agriculteurs peuvent les utiliser au même moment et au même endroit que la plante commerciale, ou, à l’inverse, dans un endroit et à une temporalité différente. Comme, par exemple, pendant la période d’interculture.

L’utilisation des couverts végétaux ou des arbres, selon les principes de l’agroforesterie, rentre également dans les plantes de service.

Quelles sont ces plantes de services et quels apports peut-on en attendre ?

Intérêt des plantes de services

Les plantes de services possèdent divers avantages. Elles peuvent tout aussi bien aider au développement de la culture commerciale que lui éviter une maladie ou la préserver d’une attaque de ravageurs.

Les avantages d’utilisation :

  • repousser une attaque de ravageurs, notamment en attirant des auxiliaires de culture
  • protection des sols contre l’érosion
  • protection des plantes de culture contre le soleil
  • maîtrise des adventices
  • amélioration de la structure des sols
  • amélioration de la fertilité des sols
  • production de matière organique
  • etc.

Le Château Gigognan, testeur de la solution Brad, utilise des semis d’inter-rangs en viticulture. Ils plantent des légumineuses/graminées pour enrichir les inter-rangs des vignes. C’est à la fois un couvert végétal et un engrais car ces plantes ne sont pas récoltées mais seulement broyées. Ces semis permettent donc de structurer le sol en évitant sa mise à nu, mais permettent aussi de nourrir ce dernier. En effet, la fauche de ces cultures permet un apport conséquent en matière organique.

Comment ça fonctionne ?

Suivant le résultat attendu, les plantes compagnes et les mécanismes mis en place seront résolument différents. Voici quelques exemples :

Pour (ou contre) les insectes

Repousser les ravageurs

Avec une odeur plus forte que les plantes de culture, les plantes compagnes permettent de brouiller la reconnaissance d’un insecte. De même, une odeur « plus alléchante » peut attirer les ravageurs vers un espace spécifique de la parcelle. Une fois repu de cette plante compagne, l’insecte n’ira pas consommer la plante de culture.

Au contraire, une plante au parfum répulsif peut être utilisée pour éloigner les insectes potentiellement dangereux pour la culture.

Attirer les insectes auxiliaires de cultures

A l’inverse, on peut tout aussi bien utiliser les plantes de services pour attirer les insectes utiles à la culture. On pense bien évidemment aux insectes pollinisateurs et aux prédateurs d’insectes ravageurs.

Pour la protection des sols

La protection des sols est probablement le motif pour lequel les agriculteurs utilisent les plantes de services. Les mécanismes sont connus et permettent d’être sûr que ces plantes apporteront le bénéfice escompté.

Quelques plantes de service

Les plantes compagne sont très nombreuses, certaines identifiées depuis des siècles. Elles se transmettent de génération en génération. Voici quelques espèces utilisées :

  • Le romarin, le basilic seront efficaces contre les pucerons,
  • Le souci pour favoriser le développement de la punaise Macrolophus pygmaeus, prédatrice de nombreux insectes
  • Les crucifères (choux, brocolis, navets, etc.) ou le sorgho (pour sa teneur en dhurrine) pour lutter contre la verticilliose
  • Les légumineuses pour fixer l’azote de l’air
  • Certaines espèces de tagètes lutteront contre le développement des némopodes (vers microscopiques)
  • Trèfles blancs, luzerne ou mélilot permettent de limiter le lessivage des nitrates et l’érosion des sols (une fois détruits) et peuvent permettre un apport de matière organique s’ils restent dans les parcelles.
  • Etc.
Plantes de souci entre des plants de betteraves pour lutter contre les nématodes
Soucis placés entre des plants de betteraves rouges et de carottes. Les soucis sont des plantes compagnes qui dissuadent les nématodes d’attaquer.

Des études agronomiques essaient de trouver les bonnes combinaisons entre cultures commerciales, plantes de services, natures des sols et pratiques culturales. La Commission Inter-Sections Plantes de Services (CISPS) valide les tests et les fait rentrer dans un référentiel. Consulter la liste des plantes de services.

La plateforme Triple Performance recense d’autres plantes de service et présente des retours d’expérience pour chacune d’entre elles.

Spécificité des plantes de service en interculture

Les plantes de services en interculture, ou « couverts d’interculture », sont aussi appelés cultures intermédiaires. Elles apportent les mêmes avantages mais doivent disparaître lors du semis de la culture commerciale. Elles sont souvent composées d’un mélange d’espèces afin de générer de multiples apports. En savoir plus sur les couverts d’interculture.

Auxiliaires de culture, agroforesterie et plantes de service

Comme les auxiliaires de culture, les plantes de service sont une solution naturelle pour éviter ou favoriser une interaction entre l’écosystème et la plante de culture. Elles permettent d’éviter d’avoir recours aux intrants chimiques pour la lutte contre les maladies ou les ravageurs.

Il existe une multitude de plantes de service qui apporteront des résultats divers en fonction de la culture commerciale et du type de sol. Certaines auront tendance à avoir un effet de bord. Par exemple, réduire les tailles des fruits ou légumes ou retarder la date de récolte.

La communauté scientifique réalise de nombreux tests pour en identifier de nouvelles mais les combinaisons et les résultats étant multiples, il sera souvent nécessaire de procéder à ses propres tests.

Sources :

Qu’est-ce qu’une plante de services ? https://www.geves.fr/expertises-varietes-semences/plantes-de-services/quest-quune-plante-de-service/ – GEVES (Groupe d’étude de contrôle des variétés et des semences) – Mai 2017

Comprendre les freins et leviers à l’utilisation des plantes de services https://www.terre-net.fr/observatoire-technique-culturale/strategie-technique-culturale/article/comprendre-les-freins-et-leviers-a-l-utilisation-des-plantes-de-services-217-177732.html – Terre-net.fr – Avril 2021

Catalogue des plantes de service https://ecophytopic.fr/pic/prevenir/catalogue-des-plantes-de-service – Ecophytopic – Février 2021

Plantes de service et couverts végétaux https://abiodoc.docressources.fr/doc_num.php?explnum_id=4499 – Rencontres techniques CTIFL/ITAB – Mars 2019

Projet Macroplus https://www.grab.fr/projet-macroplus/ – GRAB – 2018

Partager cet article :

À propos de l'auteur : La Rédaction

Logo Brad Technology
Les articles signés par La Rédaction sont rédigés par une partie de l'équipe de Brad Technology : Olivier, spécialiste technique, Elisa, agronome, et Christophe, rédacteur.

Qui sommes-nous ?

Logo Brad Technology SVG

Brad Technology est une startup AgTech qui s’est donnée pour mission d’être la voix de la santé du sol. Brad apporte aux agriculteurs une meilleure connaissance des sols de leurs parcelles en temps réel, grâce aux données récoltées et aux prévisions. Cela leur permet de produire mieux dans un contexte incertain et changeant.

Recent Posts

Suivez-Nous Sur Twitter

D’autres thèmes

Sonde Brad dans un tunnel de salades de l'Association SemaillesDeux sondes Brad placées au coeur des parcelles surveillent l’évolution des salades de l’association Semailles à Avignon
Brad recrute : électronicien polyvalent (H/F)
Aller en haut