LE BLOG DE BRAD
L'agriculture du Vaucluse, spécificités, enjeux et dynamisme
Qu’est-ce que l’agriculture régénératrice ?

L’agroforesterie pour contrer le réchauffement climatique

Qu’est-ce que l’agroforesterie ?

L’agroforesterie désigne la pratique qui consiste à utiliser les plantes ligneuses pérennes (arbres, arbustes, palmiers, bambous, etc.) sur les mêmes terres que les exploitations agricoles et/ou animales, que ce soit en termes de disposition spatiale ou en séquence temporelle. elle reprend les principes de la permaculture.

Dans les systèmes agroforestiers, il existe des interactions à la fois écologiques et économiques entre les différentes composantes. L’agroforesterie est définie comme un système de gestion des ressources naturelles dynamique et écologique qui, grâce à l’intégration d’arbres dans les exploitations agricoles, diversifie et maintient la production pour accroître les avantages économiques et environnementaux.

Les arbres peuvent donc être considérés ici comme des auxiliaires de culture qui aident notamment à lutter contre les ravageurs en offrant un habitat aux insectes et oiseaux prédateurs de nuisibles.

En particulier, l’agroforesterie est cruciale pour les petits exploitants agricoles et les autres populations rurales, car elle peut améliorer leur approvisionnement alimentaire, leurs revenus et leur santé.

Les avantages agricoles de l’agroforesterie

L’agroforesterie est un système alternatif agricole plus respectueux de l’environnement, qui se base sur un retour calculé des arbres au sein des parcelles.

L’agroforesterie offre un certain nombre d’avantages environnementaux, comme le confirme la littérature scientifique et les milliers d’expériences de terrain à travers le monde.

Les principaux avantages environnementaux de l’agroforesterie sont :

  • l’atténuation du changement climatique par la séquestration du carbone,
  • un moindre effet du vent et de la chaleur, notamment grâce aux haies
  • l’enrichissement du sol, avec une biomasse augmentée de 50 %,
  • la conservation de la biodiversité,
  • la lutte contre les ravageurs grâce aux insectes et oiseux qu’ils hébergent
  • l’accueil de pollinisateurs
  • de meilleures racines pour les cultures qui doivent puiser plus profondément leurs apports,
  • l’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau,
  • la réduction du stress hydrique,
  • un meilleur taux d’azote récupéré avec le pourrissement des feuilles tombées,
  • l’usage moindre des intrants,
  • la création d’un micro-climat à échelle de la parcelle,
  • etc.

Les avantages financiers de l’agroforesterie

Au quotidien, les multiples avantages cités ci-dessus permettent de faire des économies de temps, d’intrants et d’augmenter les rendements. Néanmoins, même si la mise en place et l’entretien génèrent un surcoût de temps, ces bénéfices sont assurés à moyen et long termes.

Par ailleurs, les arbres, suivant qu’ils sont fruitiers ou fourragers, peuvent produire des fruits, une alternative à la paille, des fourrages ou du bois de chauffe. De surcroît, cela réduit donc certains coûts et/ou génère des revenus complémentaires.

De plus, il existe un avantage économique non-négligeable si le bois est revendu à la filière bois. Pour certaines espèces, le prix de revente peut attendre plus de 1000 euros pièce. Sachant que certaines exploitations arrivent à deux milliers d’arbres plantés, cela représente à long terme une rentrée financière conséquente. Certains agriculteurs prévoient d’ores et déjà d’utiliser l’agroforesterie comme capital retraite. Si l’on reprend ces chiffres, on arrive donc à un montant de revente de 2 millions d’euros.

Les principes et différents types d’agroforesterie

Il existe trois principaux types de systèmes agroforestiers, selon la classification, non-exhaustive de Nair :

  • Les systèmes agrosylvicoles sont une combinaison de cultures et d’arbres,
  • Les systèmes sylvopastoraux combinent la foresterie et le pâturage d’animaux domestiques sur des pâturages,
  • l’agrisylvopastoralisme qui consiste à mélanger les arbres, les animaux et les cultures agricoles.

Quels arbres pour l’agroforesterie ?

Pour répondre à cette question, il faut déjà connaître les objectifs agricoles ou financiers. En fait, suivant le type de bénéfices souhaités, les essences à planter seront résolument différentes.

Si la revente des bois utilisés est un facteur important, il est conseillé de se renseigner sur les cours du bois, et leur évolution estimée dans les décennies à venir, pour choisir telle ou telle essence.

Néanmoins, il est possible, voire recommandé, de mélanger les essences d’arbres sur une même parcelle afin de bénéficier de plusieurs avantages, propres à chaque essence et en fonction des contraintes d’implantation.

On peut citer les espèces les plus utilisées :

  • Frênes
  • Peuplier
  • Noyer hybride et commun
  • Alisier torminal
  • Érables sycomore
  • Aulne de corse
  • l’Argousier
  • Févier d’Amérique…

Télécharger la liste établie par le CDA

Quelle est la meilleure distance entre les arbres ?

D’après l’Association française d’agroforesterie, il est bien d’envisager une densité de 50 arbres plantés par hectare, ainsi que 7 à 8 mètres de distance entre chaque plant afin de permettre une bonne croissance des arbres avec une bonne luminosité pour les cultures.

Une expérience dans le comté de Devon en Angleterre

L’essai, auquel participent sept fermes du Devon et des scientifiques de “Rothamsted Research” et de “l’Organic Research Centre”, est une idée de Luke Dale-Harris, de l’organisation caritative “Farming and Wildlife Advisory Group”.

Selon Dale-Harris, la tradition d’élevage qui domine dans les plaines britanniques, (où les champs sont peuplés d’un grand nombre d’animaux qui broutent des monocultures d’herbe) ne peut fonctionner que dans le cadre du paysage et de l’économie des 50 dernières années. C’est-à-dire une période caractérisée par un temps prévisible et l’usage d’engrais artificiels. Le réchauffement climatique et une série de sécheresses poussent les agriculteurs à chercher des alternatives. De nombreux agriculteurs du comté de Devon ont décidé de participer à l’essai.

“L’urgence climatique, explique Luke Dale-Harris, est un accélérateur de changement qui implique de travailler plus étroitement avec les processus naturels, ce qui ne peut être qu’une bonne chose ».

En France, il existe l’association française d’agroforesterie, créée en 2007, elle est aujourd’hui une plateforme d’échange afin de partager les connaissances et expériences avec les autres. D’autant plus, l’association propose également des formations. (Agroforesterie – Formations )

L’agroforesterie ou le retour à une symbiose naturelle maîtrisée

Au final, l’agroforesterie ne fait que recréer un écosystème naturel. Sauf que les progrès scientifiques et les multiples expériences permettent maintenant de savoir précisément quelles essences planter en fonction de ce que l’on cherche à obtenir. A bien considérer les choses, c’est un retour à une agriculture ancestrale avec les connaissances du XXIe siècle.

L’intérêt économique à moyen et très long terme est indéniable. En somme, on peut donc parier sur un développement conséquent de cette pratique dans les années futures. Certainement parce que même des géants de l’industrie agro-alimentaire, comme Nespresso, ainsi que les pouvoirs publics encouragent et financent les projets agroforestiers. Par conséquent, toutes les conditions sont réunies pour que l’agroforesterie deviennent une pratique bien plus répandue dans les années qui viennent.

Sources :

Environmental Impacts and Benefits of Agroforestry

‘I’m seen as the fool’: the farmers putting trees back into the UK’s fields

Afac-Agroforesteries – Afac-Agroforesteries

Agroforesterie : quand la nature devient rentable France 24 – Agroforesterie : quand la nature devient rentable – 1 juin 2021

Préserver l’environnement grâce à l’agroforesterie- FUTUREMAG – ARTE Préserver l’environnement grâce à l’agroforesterie- FUTUREMAG – ARTE – 10 oct. 2015

L’agroforesterie au Québec : des exemples inspirants, des bénéfices importants L’agroforesterie au Québec : des exemples inspirants, des bénéfices importants – CRAAQ – 26 septembre 2018

Agroforesterie : cultiver à l’ombre des arbres, quel(s) intérêt(s) ? – CDA – L’agriculture de demain

Agroforesterie : cultiver à l’ombre des arbres, quel(s) intérêt(s) ? – Centre de Développement de l’agroécologie – 28 mai 2019

La classification de Nair

L’agroforesterie, un choix essentiel qui profite à tous | Article ⋅ Nespresso Agit

Partager cet article :

À propos de l'auteur : La Rédaction

Logo Brad Technology
Les articles signés par La Rédaction sont rédigés par une partie de l'équipe de Brad Technology : Olivier, spécialiste technique, Elisa, agronome, et Christophe, rédacteur.
L'agriculture du Vaucluse, spécificités, enjeux et dynamisme
Qu’est-ce que l’agriculture régénératrice ?

Qui sommes-nous ?

Logo Brad Technology SVG

Brad Technology est une startup AgTech qui s’est donnée pour mission d’être la voix de la santé du sol. Brad apporte aux agriculteurs une meilleure connaissance des sols de leurs parcelles en temps réel, grâce aux données récoltées et aux prévisions. Cela leur permet de produire mieux dans un contexte incertain et changeant.

Traduire cet article

English EN French FR Italian IT Spanish ES

Traduction automatique depuis la langue française, opérée par Google.

Notre dernière vidéo

Recent Posts

Suivez-Nous Sur Twitter

D’autres thèmes

Aller en haut